L’atelier

Bienvenue dans mon atelier !

Antoine Malot fabrique depuis 2005 des flûtes traditionnelles transverses (traversière Irlandaise, Renaissance, Bansuri, Fifre..) et à encoche (Quena…), des têtes de flûtes système Boehm, le tout en bois, bambou et polymère.
Depuis 2012 il fabrique également des Kalimbas (Sanza, Piano à pouces).

Qui suis-je ?

Après quelques années à la basse dans différents groupes de rock, je me suis rapidement retrouvé entouré d’instruments traditionnels, que je jouais surtout lors de veillées avec les amis. Développant un réel goût pour l’invitation au voyage qu’ils représentaient, ils ont peu à peu fait partie de mon quotidien sonore, supplantant les instruments occidentaux. Inspiré par l’ajout d’instruments du mondes dans le rock progressif et le jazz des années 60 et 70, j’ai voulu apporter ces sonorités dans l’univers rock qui m’entourait. C’est mon retour d’Irlande en 2004 qui a marqué un tournant: la flûte allait être mon instrument de prédilection, j’avais été conquis par le son d’une flûte Irlandaise dans un mariage où l’on m’avait invité, c’était la première fois que j’en voyais, bref… je découvrais peu à peu ce qui allait devenir mon quotidien !
Dès lors, j’ai énormément étudié l’histoire des flûtes dans leur ensemble, et j’ai commencé à en fabriquer pour mon usage en 2005.
Mon premier concert fut donné en juillet de la même année avec une flûte traversière de ma réalisation, puis j’ai essayé de fabriquer d’autres sortes d’instruments, alternant une pratique assidue et des recherches en fabrication.

02_Atelier

A la recherche d’un instrument nomade, polyphonique, facile d’apprentissage pour jouer une musique douce et calme le soir sans déranger mon voisinage, je suis tombé sous le charme de la sonorité de la Kalimba (ou Sanza) en 2009. Cela me rappelait le son du vibraphone et du marimba que j’écoutais dans différents styles depuis mon plus jeune âge. Cet instrument a rapidement suscité une véritable attraction chez moi, comme s’il me devenait nécessaire de me l’accaparer, d’en comprendre les mystères et les différentes déclinaisons.
J’ai fabriqué mon premer modèle en 2012, et depuis lors, je ne cesse de travailler à améliorer l’instrument, soit pour l’adapter aux musiques modernes et occidentales, soit pour tenter de lui faire restituer des sonorités d’Afrique. La Kalimba est un voyage à elle seule dès trois notes jouées !

Il m’a fallu encore voyager, et partir à la rencontre d’autres facteurs d’instruments pour concrétiser mon projet. En 2013, j’allais à la rencontre de Marek Gonda, facteur Tchèque de flûtes traditionnelles Slovaques… Après un jeu de piste dans la montagne Slovaque, je le retrouvais dans un tout petit festival de plein air, dans un cadre vraiment hors du temps, et faisais par la même occasion la rencontre de Marek Bolf, facteur de kalimbas. Les deux Marek, séparément, m’ont expliqué leur démarche, cette philosophie de vie qui pousse à concrétiser ses rêves, à réaliser ce qui nous tient à coeur. La symbolique était forte, il m’avait fallu rencontrer ces deux personnages à des milliers de kilomètres de chez moi, dans un no man’s land, pour prendre enfin ma décision. Cela tombait enfin sous le sens: le moment était venu. A mon retour, je m’aménageais un atelier, et réapprenais complètement la théorie et la pratique de fabrication de mes deux instruments, en me spécialisant, en développant des modèles, en rencontrant des confrères.
En avril 2015, dix ans après mes premières créations, l’atelier MALOPELLI ouvrait ses portes.

Je remercie particulièrement Bruno, qui m’a appris énormément en tournage des flûtes, et avec qui j’échange énormément, ainsi que Didier et Jeff, qui m’ont également bien aiguillé pour améliorer mes techniques en fabrication, puis Philippe et Jordan, qui m’aident à trouver des solutions efficaces pour mes kalimbas. Sans la générosité de ces personnes, j’en serais à un stade encore très hasardeux.

Atelier coupe planche